1/ Le contexte historique de la scolarité au Cambodge en quelques mots :

En 1980, après 3 ans 1/2 de régime Pol Pot, la totalité d'une génération a été anéantie ! La plupart des enseignants ont été tués ou se sont exilés. Toutes les universités et les écoles, tous les livres et les manuels furent détruits et brûlés, de telle manière que tout était à reconstruire.

Dès lors, le véritable défi consistait à trouver les ressources humaines capables d’assurer la formation de la jeune génération d'enseignants. En effet, si la reconstruction d’une école peut ne prendre que quelques mois, la formation d’un enseignant nécessite par contre plusieurs années, dans un pays orphelin de personnes instruites. En 1999, 50% des instituteurs n’avaient pas le niveau de 6ème et seulement 1% avaient le niveau de 1ère !

2/ L’école Salamom :

2.1 Ouverture de l’école en 1999

Le programme inaugural, soutenu des bailleurs de fonds privés, s’inscrit autours d’un objectif clairement déterminé : celui de Faciliter le développement intégral (holistique) des enfants au niveau physique, intellectuel, émotionnel et social. Les huit premiers élèves – de la maternelle au CM1 – ont été scolarisés dans une grande maison du quartier de Tuol Kork (Nord-Ouest de Phnom Penh). Des l’origine, l’école a été sous la tutelle du ministère de l’éducation nationale et reconnue comme une école de référence, par cette institution.

2.2 Extension de l’école de 2000 à 2004 :

Sous la direction de Madame Van Near Kheng, qui est aujourd’hui la principale, le programme officiel est enseigné ; maths, histoire géographie, sciences de la vie et de la terre, sciences sociales, khmer …. En plus de ces matières obligatoires, « Salamom » développe d’autres enseignements tel que :

  • anglais,
  • informatique,
  • sport,
  • Enseignement artistique.

Très rapidement, la qualité et la variété de l’enseignement dispensée à Salamom va asseoir sa renommée. Les enseignements « obligatoires » sont de grande qualité (Les enseignants recrutés bénéficient d’une rémunération motivante par rapport à celle de l’école publique, ce qui les stimule pour travailler le plus consciencieusement possible. De plus, ils reçoivent des bourses pour des formations continues renouvelées. Ce qui les motive encore d’avantage). En plus de cet enseignement Les enfants bénéficient :

  • D’un repas copieux servi tous les jours à midi.
  • D’un suivi médical régulier (distribution de vitamines) accompagné de programmes spéciaux (visites de médecins spécialistes expatriés tel que ophtalmologistes, dentistes, etc.

Les effectifs ne vont cesser de croître (cf. tableau ci-après) et d’année en année, les classes supérieures vont ouvrir. Dés 2003, l’extension de ce groupe scolaire est concrétisée par l’achat d’un terrain associé d’un projet de construction.

2.3 De 2005 a 2008

Le projet de construction se développe et prend forme. Un terrain est acheté en banlieue de Phnom Penh et la construction est lancée. En octobre 2005, la rentée scolaire s’est effectuée dans les nouveaux locaux.

Les effectifs ont continué de croître pour atteindre le nombre de 380 enfants prévus a la rentrée d’octobre 2008. La capacité d’accueil maximal est quasiment atteinte. Cela représente une moyenne de 25 élèves par classe (comparée aux 50 ou 60 dans le public !) Cet effectif a imposé la mise en place d’un système de ramassage scolaire. A ce jour, pas moins de 8 bus fonctionnent matin et soir pour le ramassage des élèves.

En juillet 2007, les premiers élèves de terminales ont passé le bac (27 élèves et 100 % de réussite !!) 16 d’entre eux sont actuellement pris en charges dans un autre programme de bourses pour leur permettre d’entrer dans un cycle universitaire.

A ce jour, le nombre d’employés du programme avoisine les 40 personnes reparties comme suivent :

  • 25 corps enseignants ( diplômé du titre de professeurs des écoles)
  • 4 administratifs (principale, vice-principal, comptable, secrétaire)
  • 3 cuisinières / femmes d’entretien
  • 8 chauffeurs / hommes d’entretien
  • 2 gardiens

3/ Le Budget de fonctionnement

Pour 2007, le budget annuel nécessaire pour le fonctionnement est de l’ordre de 123120 €. Il représente un coût annuel de 324 € / élève (soit 27 € par élève par mois – tout frais et taxes incluses)

Les principales entrées (+ de 58 %) sont liées à des organismes bienfaiteurs, le reste provient de la participation des familles / coût de la scolarité.

(Nb : cette participation est variable selon le niveau de revenu des familles. Elle va de la gratuité à un coût mensuel maximum de 18 € pour les familles les plus riches qui ne doivent pas dépasser 33 % de l’effectif global des élèves, car l’école s’est donnée pour mission d’aider en priorité les familles les moins aisées)

Les postes de dépenses se repartissent comme suit :

  • Administratif 61.32 % (salaires, taxes, fuel, entretien des locaux, frais bancaires, réparation des véhicules, et
  • Frais d’éducation 38,68 % (matériel scolaire, uniformes, livres, repas quotidiens, soins de santé, visites de sites, etc.)

4/ Projets

SALAMOM a pour vision de continuer son extension sur deux axes :

La formation d’enseignants et la transmission de son savoir-faire pour aider des écoles en province qui pourraient se calquer sur le fonctionnement de Salamom. N’oublions pas qu’aujourd’hui, sur 1.000 enfants cambodgiens, 290 n'iront jamais à l'école, 390 redoubleront le CP et 27 seulement atteindront le bac ! La majorité des enfants sont condamnés à travailler dans les rues, les décharges ou les rizières !

  • L’idée se trouve dans l’organisation de séminaires et stages de formations qui pourraient être tenus à Salamom même. Comme l’école est référencée en tant qu’école modèle par le ministère de l’éducation nationale, elle pourrait devenir un centre de formation de référence.
  • Ouvrir des sections de formations professionnelles afin d’orienter les élèves qui ne peuvent suivre un enseignement classique. Il est envisagé d’ouvrir des sections : couture, mécanique, électricité, coiffure, cuisine …

Le terrain d’un hectare peut accueillir un nouveau bâtiment. Un tel projet a déjà été budgétisé en 2006 pour une réalisation à hauteur de 95000 €. Ce budget est à reconsidérer étant donné l’augmentation du prix de certains matériaux.

A ce jour l’équilibre financier n’existe que grâce à l’aide extérieure d’ONG ou d’organismes de bienfaisances. Si un seul de ces organismes venait à faire défaut, ou à revoir à la baisse sa participation, le budget ne pourrait être équilibré.

De plus, le contexte de crise mondial fragilise bon nombres de familles cambodgiennes qui ont de plus en plus de mal a tenir leurs engagements d’écolage.

5/ Cambodge - Phnom Penh : Ecole Salamom, 11 ans déjà !

RoseMay et Patrick Poulain, membres du CA de l’association, ont visité l’école en novembre 2014. Cette visite a permis de rencontrer les enfants, de leur offrir quelques présents, ainsi que de partager avec les enseignants et la directrice au sujet des projets d’extension. Aujourd’hui, ce sont presque 700 enfants avec 37 professeurs et 23 membres du personnel qui constituent l’effectif. L’établissement est côté parmi les meilleures écoles du pays, avec un taux de réussite aux examens d’environ 80%. L’objectif d’Aksios est de continuer cette œuvre avec d’autres partenaires. Une aide récente de 1200 € a été apportée pour la construction d’un bâtiment supplémentaire.

les enfants

Les enfants à la pause récréation

Patrick et RoseMay

Patrick et RoseMay en compagnie de la directrice

travaux

Les travaux d’extension

Copyright 2009-2014 © Aksios International - Tous Droits Réservés